Quelque 2 000 pompiers sont mobilisés pour circonscrire les feux de forêt au Portugal, dans les zones situées au nord et à l’est de Pedrogao Grande d’où sont parties les flammes, samedi 17 juin. Selon un dernier bilan, 64 personnes ont perdu la vie dans les incendies et 157 sont blessées, dont sept grièvement.

Le deuil a rapidement laissé place aux interrogations, dans ce pays régulièrement confronté aux incendies. “Pourquoi ?” s’interroge, notamment, Público. “Nous ne pouvons plus nous contenter de hausser les épaules : nous devons demander des comptes.

Nous devons demander pourquoi, un ‘pourquoi’ qui est en fait multiple : pourquoi autant de morts, pourquoi une nouvelle fois, pourquoi n’arrivons-nous pas à maîtriser l’incendie, pourquoi cela se reproduit-il encore et toujours ?”

Oui, il va falloir parler responsabilité politique. Et conséquences politiques, estime le quotidien portugais, car nous sommes en deuil depuis trop longtemps. Car nous ne pouvons pas passer notre temps à répéter la même question. Car il n’y a qu’ainsi que le Portugal pourra de nouveau, sans peur et sans honte, se regarder dans le miroir.”