Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

Une chanson solitaire

Une chanson solitaire

Roman

En route pour une émission de télé, Léo Rivière, star de la chanson française, est prise d’un immense ras-le-bol. Tout lui pèse. Est-ce dû à cette enveloppe où il est question de la mort de son ami Alban ? Marinette Lévy porte avec « Trop de lumière » un regard acéré sur les coulisses du succès.

 

Talentueuse, indépendante, belle, riche, drôle, Léo Rivière est l’image même de la réussite. Mais pourquoi est-elle saisie d’une lassitude telle qu’elle l’empêche de ressentir quoi que ce soit ?

Aigre et acerbe, Léo, narratrice de Trop de lumière est un personnage peu sympathique de prime abord.  Elle maltraite tous ceux qui l’entourent, surtout Brigitte, son assistante sur laquelle elle passe ses nerfs. Qui sont à vif. Mal dans sa peau comme dans sa tête, Léo est une professionnelle sûre de son talent, mais amère :«(…) chanteuse est aussi et surtout un métier commercial (…) Mais les spectateurs n’y voient que du feu. Eux ne se posent jamais ni la question de mon envie, ni celle de mes limites (…) Mon métier à l’air si facile. A leurs yeux, ce n’est que du bonheur. » 

Fatiguée, prise de nausées, Léo se sent vidée, littéralement écoeurée. Par ce métier et tous ceux qui s’engraissent sur son talent, mais pas seulement… L’enveloppe qui contient les détails sur la mort misérable d’Alban, son ami d’enfance, son seul vrai proche, agit comme le révélateur d’un malaise plus profond, de la solitude immense de celle qui a mis de côté tout ce qui n’était pas une carrière qui lui semble aujourd’hui un marché de dupes.

L’écriture de Marinette Lévy est précise, presque brutale, et il semble que la jeune romancière connaisse assez bien ce milieu pour en décrypter l’hypocrisie et le jeu faussé auquel Léo se prête de moins en moins volontiers.

Comment lorsqu’on semble avoir tout, peut-on subitement ne plus avoir envie de rien ? « D’où vient ce sentiment bizarre que je suis seul ? » dit la chanson de Michel Berger dont Léo conserve une photo auprès d’elle… Nous plongeant dans l’âme sombre de cette interprète, l’auteure brosse le subtil portrait d’une femme surexposée qui va devoir creuser son passé pour se donner un autre avenir.

Trop de lumière, Marinette Lévy

Plon, 240 pages, 18 euros

Une chanson solitaire

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

commentaires

Hébergé par Overblog