Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

UPSA : les syndicats redoutent l'impact social de la réorganisation

 

En 2014, mobilisation des salariés contre le principe du déremboursement du paracétamol. C'était le dernier gros rassemblement en date chez UPSA. /DDM
En 2014, mobilisation des salariés contre le principe du déremboursement du paracétamol. C'était le dernier gros rassemblement en date chez UPSA. /DDM

Vendredi, les salariés d’UPSA (BMS) des usines Gascogne et Guyenne du Passage d’Agen et d’Agen ont pu lire un tract dont le maître mot syndical est « inquiétude ». Inquiétudes de l’ensemble des organisations syndicales sur les intentions de l’actionnaire US Bristoll-Myers-Squibb pour ce qui relève des activités en France en général, et au sein d’UPSA en particulier.

Que craignent FO, la CGT, la CFDT, UNSA  ou encore Solidaires ? À l’issue d’un comité d’entreprise  le 27 février, les représentants du personnel ont eu accès à deux informations : la direction entend mener une étude comparative entre le maintien du service STI (services maintenances et infrastructures) en interne et les propositions pouvant être faites par une société extérieure au groupe.

« L’histoire nous a prouvé que les études menées ont réellement conduit à une externalisation des services », selon les syndicats. Ce ne serait donc pas une simple analyse comparative, mais bien le début d’un processus économique de retrait. Ces mêmes syndicats qualifient d’opaque « sur les changements d’organisation et leurs conséquences » le projet d’unités "de production autonomes » au sein de l’usine du Passage d’Agen.

L’intersyndicale s’inquiète des intentions, selon elle, manifestes de la direction de mener une politique sociale qui ferait passer les effectifs sous le seuil des 1 000 salariés, contre 1 200 aujourd'hui sans compter l'intérim et les CDD.  « Nous utiliserons tous les moyens pour que les collègues STI restent UPSA et que les conditions de travail de tous ne se dégradent pas. »

Ce n’est pas le premier conflit ouvert portant sur le départ présumé ou acquis de services maison.

En 2010, les fiches de paie transitaient par l'Europe de l'Est. Les salariés avaient débrayé. Parce qu'ils estiment que la menace est plus grande cette fois, les délégués du personnel ont demandé l’organisation d’un comité central d’entreprise extraordinaire.

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog