Pour le Washington Post, la défense exclusive des intérêts américains prônée par Trump ouvre un boulevard à la Chine, notamment en Asie avec l’abandon par Washington du Partenariat transpacifique qui devait rassembler douze pays. Sa critique du libre-échange et son scepticisme sur la lutte contre le réchauffement climatique permettent à Pékin de se poser en leader sur ces deux terrains. Pékin semble ainsi en position de force, d’autant plus que le président américain attend de la Chine plus de coopération sur le dossier nord-coréen.

Dans la presse chinoise toutefois, la vision des choses semble plus équilibrée. Les deux dirigeants ont leurs points faibles, explique Hu Shuli, rédactrice en chef du magazine financier Caixin.

Côté américain, l’administration Trump a provoqué de fortes réactions dans la population avec une série de mesures […]. Côté chinois, le défi consiste à traiter correctement le ralentissement économique, les risques financiers, et l’apparition de conflits sociaux… Une relation sino-américaine stable aide les deux pays à réaliser leur propre stratégie.”