Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

Cap Gemini : les salariés s’invitent au banquet

Financiarisation

Mercredi 10 mai. Cap Gemini, entendait fêter dignement la santé florissante de l’ex-petite start-up grenobloise. La CGT s’était invitée à la fête pour dénoncer la toute-puissance de la financiarisation de l’économie au détriment de l’emploi, des salaires et des investissements.

Cap Gemini : les salariés s’invitent au banquet
 
 

Cap Gemini, l’un des groupes leaders dans le domaine du conseil informatique, tenait son assemblée générale des actionnaires, le 10 mai 2017, au pavillon d’Armenonville, avenue de Longchamps à Paris et entendait fêter dignement la santé florissante de l’ex-petite start-up grenobloise (voir encadré).

Le même jour, au même endroit, des salariés du groupe et des syndicalistes CGT organisaient un rassemblement festif et revendicatif. Une façon de dénoncer la toute-puissance de la financiarisation de l’économie au détriment de l’emploi, des salaires et des investissements.

 

Pour Thierry Achaintre, secrétaire général du syndicat, il s’agissait de faire connaître le « deux poids, deux mesures » qui règne dans le groupe et qui, selon lui, risque de ne pas s’arranger avec les orientations économiques affichées du nouveau président.

« Le programme d’Emmanuel Macron est basé sur une baisse de charges fiscales. Il la présente comme socialement juste et économiquement efficace et veut concilier les attentes des salariés, des dirigeants et des actionnaires », sauf que, concrètement, pour Cap Gemini cela se traduit par des aides publiques distribués à un groupe qui fait plus d’un milliard de bénéfice par an (voir ci-dessous).

 

Les chiffres et les graphiques donnent la mesure de cette captation sauvage des richesses créées par le travail d’une part, mais aussi du détournement d’argent public.

  • 190 millions d’euros d’aides publiques en 3 ans (CIR + CICE) alors que le groupe réalise 1 milliard d’euros de bénéfices par an
  • Pour ses actionnaires : 230 millions d’euros de dividendes et 340 millions d’euros pour le rachat d’actions et les détruire (buyback)
  • Pour les 25 dirigeants : Une enveloppe de 5,2 millions d’euros d’augmentation de leurs rémunérations (+ 17 %)
  • Pour les 22 000 salarié·e·s français·e·s : 1 millions d’euros à se partager pour l’augmentation salariale (+ 0,1 %).
  • Le groupe se mute en société européenne afin de mieux permettre l’évasion fiscale.

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

commentaires

Hébergé par Overblog