Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

Macron: 15 jours pour former une équipe

Si la question brûlante de l'identité du Premier ministre d'Emmanuel Macron est sur toutes les lèvres, ce n'est évidemment pas la seule nomination à laquelle doit procéder le nouveau président de la République. Dans les quinze jours qui suivent son élection, l'ancien protégé de François Hollande doit à la fois mettre en branle un gouvernement, une haute administration et un parti en vue des législatives. En coulisse, les tractations vont bon train.


Le prix de ce jeu de chaises musicales est d'autant plus élevé qu'il correspond à un impératif d'efficacité immédiate du nouveau président. À la fois par contraste avec le flottement des premiers mois du quinquennat de son mentor et parce qu'Emmanuel Macron reconnaît lui-même qu'il ne bénéficiera pas d'un "état de grâce"

Calendrier chargé


Impossible de commettre un faux-pas, alors même que l'échéance des législatives est encore lointaine (les élections auront lieu les 11 et 18 juin). Jusque là, un faux-pas pourrait amoindrir les chances d'Emmanuel Macron de disposer d'une majorité pour mettre en œuvre sa politique. Au contraire, les premiers rendez-vous internationaux d'Emmanuel Macron - le 25 mai pour un sommet de l'Otan à Bruxelles et les 26 et 27 pour le G7 en Sicile - arrivent à grands pas, et seront observés comme le baptême du feu du chef de l'Etat.
Dans cette optique, Le Figaro cite les noms de l’ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud, du représentant permanent de la France aux Nations unies François Delattre ou de l’ambassadeur de France à Rome, Alain Le Roy pour prendre la tête de la cellule diplomatique du nouveau locataire de l'Élysée.


Mettre la machine en marche


La nomination du gouvernement, qu'Emmanuel Macron souhaite réduit à une quinzaine de membres, donnera une indication sur la stratégie adoptée par Emmanuel Macron entre volonté de renouvellement et nécessité de rassemblement. Après la victoire, il s'agit de se partager le butin, d'attribuer les maroquins et de répondre aux desiderata d'investitures. En Marche! s'est donné jusqu'à jeudi à midi pour choisir ses 577 candidats à la députation. Les recalés seront nombreux, qu'il s'agira de tenir malgré la déception. Comme souvent, les postes de la haute fonction publique pourraient faire office de lots de consolation.


Pour coordonner ce nouveau gouvernement, qui devrait intégrer de nouveaux visages inexpérimentés en politique, l'état-major du Palais est bien sûr un rouage essentiel. Le poste de secrétaire général de l’Élysée devrait revenir à Alexis Kholer, son ancien directeur de cabinet à Bercy. Didier Casas, ancien de Bouygues, pourrait quant à lui être nommé directeur de cabinet. Celui de secrétaire général adjoint, qu'Emmanuel Macron a occupé de 2012 à 2014, devrait enfin échoir à Julien Denormandie

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog