Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

Gattaz veut scier la branche qui nous abrite

Gattaz veut scier la branche qui nous abrite

 

« L'entreprise est un cas unique. C'est elle qui a des clients uniques, qui a des hommes et des femmes uniques, des technologies uniques, etc. Donc il faut donner la possibilité au chef d'entreprise de négocier le plus de choses possible avec ses salariés, directement », a plaidé  Pierre Gattaz, le 13 juin en défendant la nécessité d'adopter rapidement la réforme du Code du travail.

 

Le patron des patrons veut que les chefs d'entreprise puissent négocier « le plus de choses possible » et « déroger aux accords de branche » qui, selon lui, ne doivent primer que « par exception ». Selon lui, la branche doit se limiter à guider « les petites entreprises qui n'ont pas le personnel pour discuter de l'organisation » et ne primer que « par exception, pour éviter le dumping social et l'anarchie ». Cette possibilité de déroger aux accords de branche fait partie des pistes envisagées par le gouvernement.

Actuellement, six domaines relèvent de la branche professionnelle : les salaires minimums, les classifications, la protection sociale complémentaire, la formation, la pénibilité et l'égalité professionnelle femmes-hommes.

Pour demain, c'est un Code du travail par entreprise que le Medef et le gouvernement veulent imposer pour généraliser le dumping et baisser les salaires. Comme nous l'avons expliqué dans notre décryptage, les seuls sujets encore définis dans la loi seraient le SMIC, l’égalité entre les femmes et les hommes et les seuils d’exposition aux risques. Tout le reste serait renvoyé à la négociation d’entreprise. Et le reste, c'est loin d'être du détail ! Car par exemple en fixant les augmentations collectives de salaires chaque année et en reconnaissant les qualifications, la négociation de branche sur les salaires permet d’avoir d'empêcher le dumping et la concurrence déloyale au sein d’un même secteur.

Il en va de même pour ce qui est des règles concernant les CDD, l’intérim et le CDI (condition de recours, de renouvellement, de rupture…) qui là encore protègent non seulement les salariés, mais sont aussi des garde-fous contre le dumping social. On le voit, le président du Medef nous propose d'abandonner ce qu'il nous reste de garanties, chèrement conquises, âprement défendues durant des décennies, consolidées par la jurisprudence au risque de complexifier le Code du travail de le rendre illisible voire de freiner la mobilité des ingénieurs, cadres et techniciens. Ce n'est pas parce qu'il fait chaud, très chaud, que nous devons accepter de nous laisser déshabiller.

Un Code du travail plus simple, plus lisible, et plus protecteur, oui c'est possible ! Un collectif d’universitaires a rédigé un Code du travail 4 fois plus court et beaucoup plus protecteur. En mettant fin à toutes les dérogations dont bénéficient les employeurs, il permet de rendre les droits beaucoup plus simples et lisibles pour les salarié-es. Pendant que Gattaz pousse les feux de la déréglementation du travail, la CGT et son UGICT portent des propositions pour répondre aux défis d’aujourd’hui et demain : l’emploi, le paiement des qualifications, ou encore la révolution numérique.

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog