“Des milliers de fidèles musulmans venus de tout le pays se sont rassemblés à Jérusalem pour la grande prière du vendredi alors que les forces de sécurité israéliennes, en nombre impressionnant, étaient positionnées dans la vieille ville au cas où les violences se perpétueraient”, relate Yediot Ahoronot.

Après près de deux semaines de boycott, les fidèles musulmans devaient revenir accomplir leurs prières à l’esplanade des Mosquées, les autorités israéliennes ayant démonté les installations sécuritaires contrôlant l’accès au site. Mais la police israélienne a annoncé ce vendredi 28 juillet qu’elle interdisait l’accès à l’esplanade des Mosquées aux hommes de moins de 50 ans, après des incidents survenus la veille.

“Malgré le calme relatif en milieu d’après-midi, on relève quelques petites escarmouches”, signale le quotidien israélien : des officiers de police ayant essuyé des jets de pierres ont riposté avec des grenades assourdissantes.

“Les forces de police sont en permanence en train de nous contrôler et de nous insulter”, confie un fidèle qui dénonce les contrôles méticuleux imposés à l’entrée du site. Il affirme que “personne n’est à la recherche d’une épreuve de force avec la police”. Un autre enchaîne : “Ce genre de conduite peut changer l’ambiance. Laissez-nous prier sans restrictions et sans cette présence policière. Pour éviter tout incident, il serait préférable que la police reste à l’extérieur. Si une confrontation a lieu, ce serait de leur responsabilité.”