Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

L’agence postale communale, pas au goût de la CGT

L’agence postale communale est ouverte rue Léo-Lagrange depuis le 4 juillet.

L’agence postale communale est ouverte rue Léo-Lagrange depuis le 4 juillet.

«  On ne comprend pas. Nous n’avons pas été informés de la décision de Christine Basquin.  » Le remplacement du bureau de Poste par une agence postale communale (APC) en juillet, Éric Dyson, secrétaire départemental CGT FAPT, l’a en travers de la gorge. En janvier, il faisait partie des syndicalistes de la CGT qui s’étaient réunis sur le marché pour récolter des signatures contre la fermeture du bureau de poste. «  On en avait recueilli 300 sur la matinée  », retrace Éric Dyson.

Alors que la décision de passer d’un bureau de poste à une agence postale communale avait déjà été votée en décembre, Christine Basquin, maire, avait accepté d’organiser une réunion entre La Poste, les syndicats et la mairie. «  En sortant de celle-ci, nous étions plutôt confiants, se souvient le secrétaire départemental. Nous avions montré devant tout le monde que cette agence postale était une mauvaise chose, et que la ville allait perdre en service.  » Comme les personnes sous tutelle qui seront obligées de se rendre dans les bureaux de poste d’Avesnes et Fourmies pour tirer de l’argent. Pour défendre son point de vue, Éric Dyson met en avant l’obligation de service public de La Poste jusqu’en 2019.

«  Christine Basquin a eu peur lorsque La Poste a mis en vente les locaux en 2015. Mais même s’ils vendaient, ils étaient obligés de rester sur la commune, à un autre endroit.  » Toujours d’après le syndicaliste, vu les bons chiffres du bureau, la mairie pouvait même demander une augmentation du nombre d’heures d’ouverture.

La mairie et La Poste ont signé une convention, entre sept et onze ans, renouvelable une fois. «  Au-delà, La Poste peut se retirer. Et Sains-du-Nord aura tout perdu.  » Si certains maires se battent pour garder leur bureau de poste, pour Éric Dyson, ce n’est pas le cas de l’édile sainsoise. «  En accélérant le processus, c’est la ville qui a dû payer les travaux. Si elle avait attendu, c’est La Poste qui aurait été obligée de les prendre en charge.  »

« Je défends les intérêts de ma commune au mieux »

Une information démentie par Christine Basquin, selon qui c’est bien l’opérateur de services postaux qui a financé les travaux de l’agence postale communale, installée rue Léo-Lagrange. La Poste verse chaque mois une indemnité de 1 001 € pour le fonctionnement. «  Quand La Poste a mis en vente, j’ai eu peur de ne plus rien avoir, reconnaît l’élue. On a refusé de préempter les locaux à l’époque. J’ai donc recontacté une personne qui nous avait approchés un an auparavant, pour l’installation d’une APC.  »

Et un mois après l’ouverture, elle ne regrette pas. «  On a augmenté les heures d’ouverture, dans un cadre agréable.  » Installée à deux pas de la place, cette arrivée s’inscrit dans une volonté de redynamiser le centre de la ville. «  Je défends les intérêts de ma commune au mieux. Les gens y trouvent de nombreux services, et nous avons triplé les chiffres depuis l’ouverture. Je veux un service bien assuré.  »

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Hébergé par Overblog