Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

Fillon pense mettre un terme au "Penelopegate par une conférence de presse..

Fillon pense mettre un terme au "Penelopegate par une conférence de presse...

François Fillon a réaffirmé lundi que l'emploi de son épouse comme assistante parlementaire était légal, mais beaucoup de questions restent en suspens après son offensive médiatique, sur fond de nouvelles révélations. Penelope Fillon a été l'assistante parlementaire du député François Fillon à partir de 1986, et non 1988 comme l'avait indiqué le Canard enchaîné: de 1986 à 1988, de 1988 à 1990, de 1998 à 2002 puis de mai 2012 à novembre 2013. De 2002 à 2007, elle a eu les mêmes fonctions, mais cette fois pour son suppléant Marc Joulaud, pendant que François Fillon était ministre (2002-2005) puis sénateur (2005-2007).

Soit un total de plus de 15 ans. Sur cette période, elle a percu la somme totale de 680.380 euros nets sur 185 mois de travail, soit une moyenne mensuelle de "3.677 euros nets": le salaire était "parfaitement justifié" et "tous les faits sont légaux et transparents", a réaffirmé François Fillon. Gestion du courrier, tenue de l'agenda, envoi de CV ou demandes d'emplois pour des habitants de sa circonscription dans la Sarthe: "Pendant toutes ces années mon épouse a pris en charge des tâches simples mais essentielles", a répété François Fillon lundi.

Conscient du malaise qui s'est installé ces derniers jours dans l'opinion publique et dans sa propre famille politique, François Fillon, les traits tirés, a donc changé de stratégie de défense en présentant lundi au QG ses «excuses aux Français». Admettant que ses premières réponses dans les médias avaient été «imprécises», il a expliqué ce flottement par la sidération qui l'avait lui-même frappé. «Cette accusation m'est tombée dessus comme un coup de tonnerre. Ça m'a mis un coup à l'estomac. J'ai mis du temps à mesurer que le ciel m'était tombé sur la tête», a-t-il révélé en essayant de fendre l'armure, la main gauche rythmant son propos. «Maintenant, c'est fait. Je suis debout!», a clamé le candidat qui a ensuite vanté «une énergie décuplée» et «une détermination farouche» consécutives à ces épreuves.

Des élus avaient appelé François Fillon à retirer sa candidature pour sauver «l'unité» des Républicains et «l'alternance», le candidat à la présidentielle leur a clairement répondu. Il n'entend en rien renoncer, et balaie d'un revers de la main toute hypothèse de «plan B», à moins de trois mois de l'élection. «Aucune instance n'a la légitimité pour remettre en cause le vote», du mois de novembre, a-t-il assuré. «J'annonce ici même que c'est une nouvelle campagne qui commence.»

 

commentaires

Hébergé par Overblog