Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

24 heures avec Nelly Todde, kiosquière

Installée au sein du quartier touristique de Saint-Michel, à Paris, elle assiste, impuissante, à la désaffection du public pour les journaux, mais dénonce les méthodes des diffuseurs et des éditeurs.

« J'ai débuté place de l'Opéra, dans un petit barnum en bois. À l'époque, en ne vendant que des journaux, je gagnais bien ma vie. Je travaillais seule. C'est ce que j'aime dans ce métier. Et il y a les clients. Tu discutes, tu refais le monde, tu deviens “leur” marchand de journaux. » Nelly s'interrompt. L'homme devant elle cherche ses mots, trahissant un accent italien. « La préfecture ? – Tout droit, boulevard du Palais. » « 

 

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Diesel-Lenquête vise également lentreprise Audi | Crédits photo : Reuters

MUNICH, 7 août (Reuters) - Le parquet de Munich a déclaré lundi qu'Audi, en tant que personne morale, était à présent l'objet d'une enquête ouverte dans le cadre du scandale du diesel et qui ne concernait jusqu'à présent que des personnes physiques.

L'élargissement de l'enquête pourrait aboutir à des amendes ou à des saisies de bénéfices.

Vendredi, le parquet de Munich a annoncé qu'une enquête au pénal liée à l'affaire des émissions polluantes chez la filiale de Volkswagen était élargie au directoire.

Les autorités peuvent infliger au groupe une amende pouvant atteindre jusqu'à 10 millions d'euros et même davantage si ses responsables sont convaincus d'avoir enfreint la loi, selon les experts.

Audi, qui a contribué à hauteur de près d'un tiers aux 8,9 milliards d'euros de bénéfice réalisés par Volkswagen au premier semestre, est désormais largement touché par l'enquête de la justice allemande sur les émissions polluantes après le scandale qui a éclaté aux Etats-Unis en septembre 2015.

Au début du mois de juillet, le parquet de Munich a fait arrêter un employé d'Audi soupçonné de fraude et d'information mensongère dans le cadre de son enquête sur l'affaire.

En mars, il a fait procédé à des perquisitions sur les deux principaux sites du groupe en Allemagne.

Audi a déclaré continuer à collaborer pleinement avec la justice. (Joern Poltz and Irene Preisinger; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


 

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Belgique. Contamination au fipronil : les autorités marchent sur des œufs

Belgique. Contamination au fipronil : les autorités marchent sur des œufs

“J’attends des autorités compétentes qu’elles fassent rapidement et minutieusement la lumière [sur ce dossier]. La Belgique et les Pays-Bas, en particulier, en ont l’obligation”. Face au scandale des œufs contaminés à l’insecticide fipronil, le ministre allemand de l’Agriculture Christian Schmidt a montré, le 4 août, des signes d’énervement. 

L’Allemagne est largement concernée par ce scandale : des millions d’œufs, en provenance des Pays-Bas, ont été rappelés sur son territoire et détruits. Ils proviennent d’élevages traités contre le pou rouge à l’aide de l’insecticide de l’entreprise néerlandaise ChickFriend. Celui-ci contient du fipronil, une substance toxique qu’il est interdit d’employer sur “des animaux destinés à la chaîne alimentaire”, comme le souligne Le Soir.

Si le scandale a éclaté la semaine dernière, il est apparu que l’Afsca, l’agence de sécurité alimentaire belge, a eu connaissance du problème dès le mois de juin. Mais elle n’a diffusé l’alerte aux pays voisins, par un système d’alerte européen, que le 20 juillet, date où elle aurait appris que, dans certains élevages, le fibronil dépassait le taux autorisé.

“En quelques jours, l’épisode des œufs contaminés par le fipronil tourne à la crise alimentaire, commente le journal belge. Ou à l’omelette politique ?”

L’affaire a évidemment inquiété les consommateurs, et la classe politique s’en est saisie. En ligne de mire : l’Afsca, et sa communication. L’agence justifie sa discrétion par les besoins de l’enquête. Mais de leur côté, “tous les partis de l’opposition [réclament] une commission d’urgence sur le sujet”. Quant au ministre de l’Agriculture, Denis Ducarme, il a demandé un rapport détaillé à l’Afsca, dont il a la tutelle.

“De quoi rassurer ? interroge Le Soir, selon qui, “en cette période de vacances, les œufs resteront certainement au menu politique de la semaine, voire du mois…”

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Diplomatie. Rencontre imminente entre Pyongyang et Washington

Diplomatie. Rencontre imminente entre Pyongyang et Washington

 

“Dimanche 6 août, annonce CNN, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, et le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, seront tous les deux aux Philippines” à l’occasion du forum annuel de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), qui se tient à Pasay, au sud de Manille du 6 au 8 août. Les questions concernant la sécurité de la région Asie-Pacifique seront au cœur de cette rencontre qui réunit 27 pays.

“Le monde ne s’attend pas à des phrases chocs, il attend plutôt de voir ce que les plus hauts diplomates de Pyongyang et de Washington feront une fois assis dans la même salle pour la première fois”, commente CNN, qui rappelle que la Corée du Nord vient d’effectuer, avec succès, les 4 et 28 juillet, deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux.

“Tillerson aura la difficile tâche de rassurer les alliés de l’Amérique, le Japon et la Corée du Sud, tout en expliquant clairement à la Corée du Nord ce que les États-Unis peuvent ou non accepter de la part de Pyongyang concernant la progression de son programme nucléaire.”

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Quand t'as pas TF1 mais que t'as SFR...

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Wasquehal et Lys-lez-Lannoy

La CGT distribue ses tracts contre «la démolition du code du travail»

Les automobilistes ont pris sans trop rechigner le tract qu’une vingtaine de militants leur tendaient. Photo Hubert Van Maele

Les automobilistes ont pris sans trop rechigner le tract qu’une vingtaine de militants leur tendaient.

 

Au volant, les automobilistes abaissent volontiers leur vitre et prennent sans trop rechigner le tract qu’une vingtaine de militants leur tendent. «  C’est un signe  », veut croire Abdelkrim Abdesselam, le secrétaire général de la CGT du Roubaisis. Un signe que le message que le syndicat porte en ce milieu d’été trouve un écho parmi la population. «  Ils démolissent le droit social  », estime-t-il.

« Il faut que la population sache où elle va mettre les pieds. »

Ils, c’est le président et son gouvernement, autorisés à réformer par ordonnances le code du travail. Même si pour l’instant, les textes ne sont pas dévoilés, «  il faut que la population sache où elle va mettre les pieds. Que ce soit pour les retraités, les salariés, les étudiants, c’est une régression sociale sans précédent qui se prépare. Déjà que dans les entreprises, quand il y a le code du travail qui s’applique, c’est une catastrophe, mais alors demain, ils seront corvéables à merci. » Et dans le tract de la CGT, outre la demande du respect de la hiérarchie des normes (un socle social minimal qui s’impose au-delà des accords d’entreprises), le syndicat demande l’augmentation des pensions et salaires, l’égalité hommes femmes, la généralisation du CDI…

Manifestation le 12 septembre

Ces revendications ne sont pas que locales. Tous les jeudis, dans chaque territoire du département, le syndicat organise de telles actions. L’enjeu est de préparer la manifestation prévue le 12 septembre à Lille  ; un rassemblement qui portera sur l’ensemble de ces thèmes.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Dettes, conditions de travail : la CGT s'inquiète pour l’hôpital de Bastia

 

centre hospitalier de Bastia
centre hospitalier de Bastia © Maxppp - maxppp

La CGT s’inquiète de la situation déficitaire du centre hospitalier de Bastia. L'établissement de santé public accuse toujours d'un déficit cumulé de près de 50 millions d'euros, dont 22 millions de dettes aux fournisseurs, selon le syndicat.

Au-delà de la dette de l’établissement Bastiais, le syndicat pointe également du doigt les difficultés logistiques en ce moment. En effet des travaux de modernisation des locaux ont été entamés cette année, mais selon la CGT, ces travaux ne sont pas réalisés en tenant compte des priorités. Quatre salles du bloc opératoire sont indisponibles depuis le début de l'été pour cause de travaux, alors que l'activité y est décuplée en cette période. Josette Risterucci, la secrétaire CGT de l'hôpital de Bastia.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Sondage: La cote de popularité de Macron en baisse de 10 points

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Le Dessin du jour

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

L’accord d’entreprise, support de la régression des droits

L’accord d’entreprise, support de la régression des droits

La loi d'habilitation des ordonnances entend reconfigurer les rapports entre accords d'entreprise et accords de branche dans le sens déjà entamé par la loi travail : les accords d'entreprises pourront déroger aux conventions collectives et aux accords de branches, provoquant une réduction de la quasi-totalité des droits et acquis et de la prédominance du Code du travail.

La loi qui habilite le gouvernement à légiférer par voie d'ordonnances confirme l'évolution du droit du travail dans un sens régressif. Certaines orientations vont même amplifier les dispositions de la loi travail du 8 août 2016. Jusqu'à cette dernière, sauf exceptions, le Code du travail fixait les règles générales pour tous les salariés. En principe, un accord de branche ne pouvait que les améliorer et un accord d'entreprise ne pouvait contenir que des dispositions plus favorables que l'accord de branche. C'est ce que l'on appelle le principe de faveur même si ce dernier a été petit à petit remis en cause depuis plusieurs années par la possibilité reconnue aux accords d'entreprise de déroger en moins favorables aux dispositions de l'accord de branche dans certains domaines (temps de travail essentiellement). Mais il fallait que la loi l'autorise et que l'accord de branche ne l'interdise pas.

Depuis la loi travail, les accords d'entreprise sont privilégiés comme mode normal de fixation du droit du travail. La mise en œuvre de ce nouveau modèle, dit de renversement de la hiérarchie des normes, ne concernait depuis le 1er janvier 2017 que les dispositions relatives à la durée du travail aux congés.

La loi d'habilitation ainsi que les éléments divulgués par la ministre du travail à la suite du premier cycle de rencontres bilatérales avec les organisations syndicales et patronales montrent que le gouvernement veut aller plus loin et plus vite dans cette direction.

Une articulation pour revoir les droits à la baisse

Le projet de loi habilite le Gouvernement à clarifier et sécuriser notamment l'articulation entre l'accord d'entreprise et l'accord de branche.

Les domaines de négociation seraient répartis en trois blocs :

– un premier bloc serait constitué des domaines dans lesquels les accords de branche priment de manière impérative sur les accords d'entreprise ;

– un second bloc serait constitué des domaines pour lesquels l'accord ou la convention de branche pourrait décider de faire primer ses dispositions sur les accords d'entreprise ; une clause pourrait donc verrouiller des dispositions de l'accord de branche mais cela n'est en rien une obligation et n'aurait rien de systématique ;

– un troisième bloc serait constitué des domaines non listés dans les deux précédents blocs où l'accord d'entreprise serait toujours prioritaire dès lors qu'il respecte le minimum légal.

Le contenu de ces différents blocs devrait être celui indiqué dans le tableau ci-dessous. Il n'est pas difficile de se rendre compte à leur lecture que dans la majorité des domaines ce sera l'accord d'entreprise qui aura le dernier mot avec les reculs sociaux que cela risque d'engendrer, le niveau de protection dépendant du rapport des forces en présence dans l'entreprise. Or les acquis les plus importants du monde du travail ont leur source la plupart du temps dans les conventions collectives nationales (CCN) ou les conventions de branche.

Exemple : Les indemnités de départ à la retraite sont fixées actuellement par le Code du travail à deux mois. La CCN de la chimie accorde jusqu'à 7,5 mois et la CCN de la plasturgie 8 mois. Demain un accord d'entreprise pourrait très bien décider de ramener ces indemnités à 5 ou 3 mois, voir au minimum légal ! Ce serait pourtant cet accord d'entreprise qui s'appliquerait malgré la CCN plus favorable que la loi !

Quant au renforcement annoncé du rôle des branches dans leur fonction de régulation économique et sociale, c'est pour mieux confier la possibilité aux acteurs sociaux de négocier les conditions et les cas de recours aux CDD et au travail temporaire alors que jusqu'à présent cela a toujours relevé uniquement de la loi. Dans quel sens croyez-vous que le patronat souhaitera négocier ?

Cerise sur le gâteau : Le Gouvernement serait également habilité à définir les critères et conditions selon lesquels l'accord de branche peut prévoir que certaines de ses stipulations, dans des domaines limitativement énumérés, sont adaptées ou ne sont pas appliquées dans les petites entreprises couvertes par lui pour tenir compte de leurs contraintes particulières. Autrement dit, la loi d'une profession ne serait pas applicable à toutes les entreprises de son champ

Blocs de négociation

Domaines de négociation

Bloc 1 

 

L’accord de branche ou l'accord professionnel ou interprofessionnel prime de manière

impérative sur l’accord d’entreprise (pas de dérogation possible en moins favorable)

Minima conventionnels (1)

 

Classifications (1)

Mutualisation des financements paritaires :

– Fonds de financement du paritarisme

Fonds de la formation professionnelle (1)

Fonds de prévoyance, complémentaire santé (1) et compléments d'indemnité journalière.

Gestion et qualité de l'emploi :

Durée minimale du temps partiel et compléments d’heures (1) ;

– Nouvelle régulation des contrats courts (CDD et CTT) (en l’absence d’accord de branche, la loi actuelle s’appliquerait dans l’entreprise) ;

– Conditions de recours au CDI de chantier (en l’absence d’accord de branche, la loi actuelle s’appliquerait dans l’entreprise).

Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (1).

Bloc 2

L’accord de branche ou l'accord professionnel ou interprofessionnel peut décider expressément de s'opposer à toute adaptation par convention ou accord d'entreprise (clauses dite de verrouillage).

Prévention des risques professionnels et de la pénibilité (2) ;

Handicap ;

Conditions et les moyens d'exercice d'un mandat syndical, reconnaissance des compétences acquises et évolutions de carrière.

Bloc 3

Lorsqu'il existe à la fois un accord d'entreprise majoritaire et un accord de branche sur la même thématique, c'est l'accord d'entreprise qui prime (même si les dispositions de l'accord d'entreprise sont moins favorables).

Domaines non listés dans les deux précédents blocs.

Lorsqu'il n'existe pas d'accord d'entreprise, c'est l'accord de branche qui s'applique.

(1) Domaines de la négociation de branche qui déjà aujourd'hui s'imposent aux accords d'entreprise.

(2) Il s'agit là d'une nouvelle fragilisation de la pénibilité ; si l'accord de branche ne verrouille pas cette thématique, l'accord d'entreprise pourra y déroger en moins favorable. Avant l'accord de branche était impératif.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Hébergé par Overblog