Dans le corps politique londonien, cette nomination a suscité une vague de solidarité inhabituelle, remarque le quotidien, notamment auprès de la secrétaire d’État Amber Rudd et du maire de Londres Sadiq Khan qui ont été présents aux côtés de la nouvelle nommée lors des photos officielles. La Première ministre Theresa May lui a également exprimé son fervent soutien.

Le quotidien note un point noir dans sa carrière, en rappelant que l’ancienne patronne des services antiterroristes avait mené une opération policière désastreuse en 2005, qui a conduit à la mort de Jean Charles de Menezes, un électricien brésilien soupçonné à tort d’être un terroriste. Cet épisode pourrait lui permettre de devenir “une meilleure commissaire de la Met [la célèbre Metropolitan Police]”, estime le journal.

“Bien sûr, la valeur de cette expérience négative dépendra de la leçon apprise”, explique The Guardian. La chef de Scotland Yard sera toujours guidée par “un rappel salutaire de ce qui peut mal tourner, que ce soit parce que l’atmosphère globale n’a pas été correctement évaluée, parce que les ordres donnés n’ont pas été assez précis, ou simplement parce que le facteur humain n’a pas été suffisamment pris en compte. Cette connaissance, cette prise de conscience, sera certainement un plus.”