Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Syndicat CGT AUTO INERGY DIVISION Groupe Plastic Omnium

Le textile sur le fil

Le textile sur le fil

Certes, le marché de l'habillement traverse une passe difficile. Mais la crise chez Tati ou La Halle aux vêtements est aussi l'échec de stratégies financières et commerciales.

MiM liquidé et 800 salariés avec, en avril ; Tati placé en redressement judiciaire, début mai, comme l'ensemble du groupe Agora Distribution (Fabio Lucci, Giga Store…), propriété d'Eram ; Vivarte et sa filiale La Halle aux vêtements sous le coup de deux nouveaux plans sociaux, après avoir supprimé 1 800 emplois en deux ans… Tout porte à croire que la filière de l'habillement français va mal, en particulier le segment de l'entrée de gamme. La faute à la conjoncture, à la météo et à une concurrence très forte qui orienterait le marché à la baisse, clament en chœur les directions de ces groupes. Sur le terrain, les salariés pointent  aussi  d'autres  causes :  des errements stratégiques, des malversations financières, l'abandon du conseil à la vente, la fermeture de magasins au nom d'une logique purement financière. Pour preuve, la santé affichée par certains de leurs rivaux, à commencer par  l'Irlandais  Primark  ou  le  Français Kiabi, positionnés, eux aussi, sur les vêtements à bas coûts.

Le  19  juin,  le  tribunal  de  commerce de  Bobigny  (93)  se  prononcera  sur les offres des candidats à la reprise de Tati (115 magasins, 1 314 salariés). Pour Hakima, déléguée CGT à Lille, la  marque  paye  clairement  des  erreurs de positionnement. Notamment pour avoir voulu investir le moyen de  gamme.  « Quand  on  vient  chez  Tati, c'est  pour  réaliser  des  affaires.  Là,  non seulement, on n'a pas eu la clientèle  escomptée, mais on a perdu nos anciens clients. »  Violaine,  vendeuse  à  Meaux, souligne,  quant  à  elle,  l'absence  de réactivité  de  l'enseigne :  « Primark renouvelle  ses  collections  tous  les quinze jours. Nous, on en a une par saison, et basta ! » Le même type d'erreur a précipité la chute de la Halle aux vêtements (250 magasins fermés sur 600). Ciblant une clientèle plus rentable que les classes populaires, l'enseigne a fait valser les étiquettes. Les produits restant les mêmes. Le chaland n'étant pas tombé dans le panneau, le groupe a tenté de faire machine arrière. Las, Kiabi et Primark avaient entre-temps pris les positions délaissées. « Les perspectives sont  d'autant  plus  sombres,  affirme Karim  Cheboub,  coordinateur  CGT pour le groupe, que les cinq directeurs qui se sont succédé depuis quatre ans ont à peine développé la vente sur Internet, et Vivarte est plombé par une dette de deux milliards d'euros. »

 

5,7 millions C'est, en euros, le montant de la dette que le groupe Tati aurait cumulé en trois mois, entraînant sa cessation de paiement. Sauf que, comme l'ont relevé les représentants des salariés, la direction affirmait un mois plus tôt que la marque n'avait plus de dette.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Recadré par Philippe, Bayrou réplique...

Recadré par Philippe, Bayrou réplique...

Dans un gouvernement à la communication verrouillée, c’est un premier accroc non négligeable. François Bayrou a répondu à Edouard Philippe, mardi 13 juin après que le premier ministre l’a rappelé sur France Info à son devoir d’« exemplarité », le garde des sceaux étant accusé de « pression » sur Radio France.

« Le truc est assez simple : quand on est ministre on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen », avait déclaré le premier ministre, interrogé sur France Info sur l’intervention de M. Bayrou auprès d’un des directeurs de Radio France pour se plaindre des appels de ses journalistes à des collaboratrices de son parti, le Mouvement démocrate (MoDem).

Le ministre de la justice avait affirmé à l’Agence France-Presse avoir appelé en tant que « citoyen », estimant que cela n’avait « rien à voir » avec sa fonction. Cet appel a été lancé mercredi, quelques heures avant la diffusion d’une enquête sur les emplois d’assistants parlementaires d’eurodéputés de son parti. Le directeur des enquêtes et de l’investigation de Radio France, Jacques Monin, avait dénoncé une « pression » et Dominique Pradalié, la secrétaire nationale du SNJ, premier syndicat chez les journalistes, a évoqué une « petite affaire d’Etat ».

« Chaque fois qu’il y aura quelque chose à dire à des Français, des responsables, qu’ils soient politiques, qu’ils soient journalistiques, qu’ils soient médiatiques, chaque fois qu’il y aura quelque chose à dire, je le dirai », a répondu François Bayrou devant la presse lors d’un déplacement

Voir les commentaires

Centre technique de PSA à Carrières-sous-Poissy où quelques 2 100 ingénieurs du centre de recherche et développement de PSA, actuellement à La Garenne-Colombes, devraient être transférés.

Voir les commentaires

Solère se déclare "constructif" chez les républicains...

Solère se déclare "constructif" chez les républicains...Après le fiasco de la présidentielle, marquée par les affaires Fillon, Les Républicains sont passés, cette fois, à côté des élections législatives. Au soir du premier tour, dimanche 11 juin, la droite républicaine (LR-UDI-divers droite) doit se contenter de 21,56% des suffrages, loin derrière les 32,32% obtenus par La République en marche et le MoDem.Conséquence, selon les projections en sièges réalisées par Ipsos/Sopra Steria, la droite républicaine pourrait espérer entre 70 et 110 députés au soir du second tour, c'est-à-dire moins que les 226 sièges qu'elle occupe actuellement à l'Assemblée. Un résultat qui révèle une campagne impossible marquée, notamment, par les divisions et les hésitations stratégiques. Franceinfo revient sur les raisons de cet échec.Le départ de François Fillon, grand perdant de la présidentielle, a laissé les troupes orphelines et il a fallu combler le vide. Officiellement, François Baroin a été chargé de conduire la campagne des législatives, mais il n'est pas parvenu à garder l'unité des troupes. Thierry Solère se déclare"constructif". «Le président de la République a fait un choix transgressif en nommant  premier ministre quelqu'un qui n'est pas issu de sa famille directe. Je suis un homme de droite, il est un homme de droite et je souhaite que mon pays se redresse, explique-t-il. Et si à l'issue des législatives, nous avons une majorité qui n'est pas essentiellement composée de Républicains, je serai constructif. Je voterai toutes les réformes qui iront dans le bon sens.»

Voir les commentaires

Le Dessin du jour

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

« Donner aux facteurs leur vraie mission »

 

Trois questions à...

Laurent Fromentin, secrétaire départemental de la CGT FAPT.

Pourquoi vous êtes-vous réunis cette semaine ?

Le congrès de la CGT de la fédération des activités postales et télécommunications (FAPT) sert à relancer les prérogatives d'action, de conquête sociale et à rapprocher les salariés d'Orange et de La Poste pour reconstruire une activité syndicale au plus proche du réel.

Avez-vous prévu de mener des actions dans les prochaines semaines ?

Oui, des actions seront déployées durant la troisième semaine de juin. Elles seront d'abord déclenchées au niveau national, contre la loi travail que l'on appelle « Macron XXL ». Nous allons distribuer des tracts dans les services sur notre Code du travail du XXIe siècle et sur les conditions de travail à Orange et à La Poste. On est 100 % à l'opposé de ce que propose le gouvernement. Les autres actions vont se décider la semaine prochaine.

Que pensez-vous de « Veiller sur mes parents », le nouveau service proposé par La Poste ?

Le but de ce service est d'aller voir les parents de clients deux minutes, d'envoyer un message à notre service disant qu'on y est allé et qu'ils vont bien ou qu'ils sont en difficultés. La Poste se charge ensuite d'envoyer ce message aux « enfants »... (Il s'arrête et respire profondément, comme pour réfléchir). Il faut donner aux facteurs leur vraie mission ! Ce service n'est pas public car il est payant ! Discuter avec les gens, voir comment ils vont, c'est quelque chose qu'on a toujours fait... Sauf que maintenant, il faut que ce soit payant. On est capables d'alerter un médecin, moi-même ça m'est déjà arrivé d'appeler le Samu ! En plus, La Poste fait ça sans se rapprocher des organismes sociaux et médicaux. On n'est pas médecins... Si la personne fait un arrêt cardiaque ou tombe cinq minutes après, comment on fait ? Contre qui se retourne le client ?

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Royaume-Uni. Législatives : le suicide politique de Theresa May

Royaume-Uni. Législatives : le suicide politique de Theresa May

Ce devait être le coup de poker de Theresa May : en prévision des négociations sur le Brexit avec l’Union européenne, la Première ministre britannique avait choisi, en avril dernier, de provoquer des élections anticipées afin de renforcer son assise au Parlement.

Comme le souligne le Financial Times, elle partait gagnante, avec une solide avance sur ses rivaux du Parti travailliste. “La question était uniquement de savoir si sa victoire serait confortable ou grandiose.” Puis, une série de facteurs, allant de la surprenante énergie déployée par le leader du Labour à la lassitude de la population face à la rigueur de la politique budgétaire, ont eu raison de cette avance et ont conduit à la défaite cuisante des conservateurs qui, s’ils finissent en tête, ne sont pas parvenus à réunir une majorité absolue des sièges.

Theresa May va néanmoins tenter de former un gouvernement, mais les mois qui viennent s’annoncent bien plus difficiles qu’attendu.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Espagne. Banco Popular sauvée par l'UE sans recourir à l’argent des contribuables

Espagne. Banco Popular sauvée par l'UE sans recourir à l’argent des contribuables

 

Les autorités européennes ont scellé dans la soirée du 6 juin le sort de la sixième banque d’Espagne, Banco Popular, rachetée par son compatriote Banco Santander pour 1 euro symbolique. L’opération a été réalisée après l’intervention du nouveau mécanisme de surveillance unique (MSU), entité de la Banque centrale européenne chargée de superviser la solvabilité des banques depuis la crise de l’euro, et du Conseil de résolution unique (CRU), le mécanisme d’intervention de l’Union bancaire.  

“C’est la première fois que le MSU agit depuis sa création, il y a moins de deux ans, écrit le quotidien espagnol El Mundo. Et c’est l’Espagne qui remporte le prix”, avec “le premier établissement bancaire sauvé par l’Union européenne”, mais sans qu’il ait fallu recourir à l’argent des contribuables, ajoute-il.

La situation de Banco Popular, dont les créances douteuses sont estimées à 37 milliards d’euros, avait perdu la moitié de sa valeur en Bourse en une semaine. Banco Santander, qui devient ainsi la première banque d’Espagne, a annoncé une levée de fond de 7 milliards d’euros pour financer l’opération.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

INTERDICTION DE MANIFESTER DÉCLARÉE ANTICONSTITUTIONNELLE: Les pouvoirs publics doivent immédiatement appliquer cette décision

INTERDICTION DE MANIFESTER DÉCLARÉE ANTICONSTITUTIONNELLE

Les pouvoirs publics doivent immédiatement appliquer cette décision

 

La loi sur l’état d’urgence sert définitivement davantage au contrôle social sur les citoyens qu’à contrer le terrorisme.
La CGT salue la décision du Conseil constitutionnel, publiée ce jour, qui porte sur les décisions préfectorales interdisant à une personne qui « chercherait à entraver l’action des pouvoirs publics » de paraître dans certains espaces privés et publics, y compris à son propre domicile ou lieu de travail.
Le Conseil juge que ces interdictions de séjour sont disproportionnées par rapport à l’atteinte qui est portée à la liberté de manifester. Il censure la loi qui encadre insuffisamment ces interdictions de séjour et permet tous les arbitraires.
Et en effet, on constate que, prétendument adoptée pour combattre le terrorisme, la loi instaurant un état d’urgence en France sert, avant tout, à combattre les luttes sociales. La plupart des interdictions de séjour (639 à ce jour, selon Amnesty International) ont été prises à l’encontre non pas de prétendus terroristes mais de manifestants opposés à la loi Travail.
Il est cependant inadmissible que le Conseil constitutionnel ait décidé de reporter les effets de sa décision au 15 juillet prochain. Cela valide malheureusement a posteriori toutes les décisions d’interdictions de séjour prises à ce jour en violation des droits et libertés individuelles des manifestants. Et, cela laisse le temps au gouvernement de revoir sa copie tranquillement lors d’une éventuelle prolongation de l’état d’urgence, déjà annoncée par Emmanuel Macron. Les préfets doivent sur le champ cesser de prendre de telles mesures contraires aux droits fondamentaux.
Usages du 49-3, ordonnances sans débats législatifs ou encore mesures de rétorsion contre les manifestants, les mesures anti-démocratiques se suivent et se ressemblent sous couvert de transparence et de concertation.
Tout cela ne fait que renforcer la détermination de la CGT à lutter contre toute loi sociale régressive, de celle sur l’état d’urgence à celle sur le « travail » !

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Retraites : nous ne voulons pas d’un système par répartition à cotisations définies ”

Retraites : nous ne voulons pas d’un système par répartition à cotisations définies ”

Retraités CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, Ensemble et Solidaires, LSR - Signataires d’une lettre à Emmanuel Macron

Dans une lettre ouverte adressée mercredi 7 juin à Emmanuel Macron neuf organisations de retraités CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, Ensemble et Solidaires, LSR manifestent leur opposition à la « réforme en profondeur » du système de retraite que le chef de l'État souhaite mener dans les douze mois.

« Nous ne voulons pas d'un système par répartition à cotisations définies (dit système à point) », écrivent les neufs organisations signataires qui réaffirment leur attachement « à la retraite par répartition à prestation définie et à la solidarité intergénérationnelle ». Déjà vent-debout depuis des années contre la baisse du pouvoir d'achat des pensions, ces organisations syndicales et associations estiment que ces « propositions entraîneraient une baisse des pensions » contrairement à ce que leur a affirmé le candidat Macron pendant la campagne présidentielle le 18 avril. Les organisations de retraités sont en désaccord sur la hausse de 1,7 point du taux normal de la CSG utilisée pour financer la protection sociale (sécurité sociale, prestations familiales…), prévue au 1er janvier 2018 afin de compenser la baisse des cotisations salariales, qui toucherait « 60 % des retraités ».

« C'est, si l'on comprend bien, en prenant dans la poche des retraités que l'on pourrait redonner du pouvoir d'achat aux actifs. C'est oublier que les personnes en retraite depuis plusieurs années ont subi une baisse des revenus, sous le double effet du gel des pensions et de l'augmentation de leur fiscalité spécifique », déplorent-ils.

Voir les commentaires

Published by CGT INERGY AUTOMOTIVE SYSTEMS -

Hébergé par Overblog