En conséquence, “à l’échelle mondiale, plus de gens sont désormais obèses qu’en situation de sous-poids”. Toutefois, le New York Times souligne que la question de la malnutrition n’est pas pour autant réglée. Au contraire, “d’après les scientifiques, la disponibilité croissante d’aliments riches en calories et pauvres en nutriments génère un nouveau type de malnutrition, avec un nombre croissant de personnes à la fois mal nourries et en surpoids”.

 

Le journal publie avec cet article une carte évolutive retraçant de façon frappante la hausse des taux d’obésité partout dans le monde. Il précise aussi que le texte sur le Brésil mis en ligne le 16 septembre n’est que le premier volet d’une série.